couv44179150

 

 

Résumé :

 

« Ai-je rencontré Dieu en ce jour ensoleillé ?

Ma mère va penser que je suis devenu fou. »

 

Comment se préparer à un voyage au centre de la folie? Peut-on distinguer, page après page, la Vérité du délire qui irradie l’âme du narrateur? Ce récit dérange, affirme, témoigne, crie, et brûle tout sur son passage, jusqu’aux dernières convictions du lecteur.

 

Descriptif :

 

Nombre de pages : 162

Date de sortie : 2012

Edition : Atine Nenaud

Genre : philosophie/psychologie

Prix : 17.17€

 

Mon avis :

Je remercie Livraddict pour ce partenariat, les éditions Atine Nenaud et bien sur l’auteur Stéphane Lumin pour cette découverte fort sympathique.

 

Le résumé est très énigmatique pour ne pas dire totalement fou. La couverture est simple, m’a beaucoup plu par sa couleur très ensoleillée. La mise en page des chapitres m’a surprise par son originalité… des chapitres très courts au contenu irrégulier.

 

L’écriture fluide permet d’alléger l’histoire parce qu’il y a des aspects philosophiques qui peuvent sembler « lourds » mais qui dans ce livre n’apparait pas selon moi.

 

Ce livre sans lire le contenu est un véritable mystère. J’appréhendais un peu ma lecture ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre. J’avais juste jeté un œil sur la page Livraddict qui le concernait et la moyenne m’a impressionnée…

 

J’avoue ne pas trop savoir comment commencer pour ne pas gâcher la « surprise ». Il faut savoir avant tout que ce n’est pas une de mes lectures habituelles. L’auteur a eu de la « chance » d’aborder un sujet que j’adore….La psychiatrie et oui !

 

Toute l’histoire se déroule de façon presque autobiographique dans la tête d’un jeune homme à qui on a diagnostiqué une schizophrénie. Dit comme ça on peut se dire « mouai, mouai mouai… ». L’auteur nous fait passer des émotions qui ne sont pas évidentes à comprendre pour des personnes non atteintes de troubles psychiatriques. Avec ce personnage, on découvre réellement ce qui se passe dans la tête de ses hommes et femmes appelés « fous voir tarés » par notre société. Et qui nous font trembler de peur.

 

Il faut savoir que Daniel est un militaire de profession, on ne sait pas trop si cette carrière est un choix ou seulement parce que ses frères le sont. Je n’ai toujours pas la réponse… On découvre donc son personnage lorsqu’il rentre chez lui et retrouve sa famille. Déjà son discours et ses pensées semblent un peu particulières : embrouillées.

 

Au fil des pages, on alterne entre les phases à domicile et les phases à l’hôpital. Son comportement varie en fonction des traitements, des médecins qui le soigne et les voisins/autres patients.

 

On découvre sa famille, le comportement désespéré de sa mère, l’espoir de son père (plus ou moins prononcé en fonction des situations) pour que son fils redevienne « normal ». Ses frères et leurs passivités face à la maladie de leur frère.

 

J’ai trouvé très agréable de lire cette histoire, tout au long on se dit va-t-il s’en sortir ou non ??? Beaucoup de schizophrènes vivent chez eux et non à l’hôpital… chose que peu de gens ne se rendent pas compte.

 

L’auteur a intégré aussi la relation patient/médecin/famille qui est très importante pour une prise en charge. Il fait ressortir la réaction de la famille, qui est différente  à chacun des membres la composant.

 

En bref, une super découverte que je ne regrette absolument pas ! L’auteur et ses personnages m’ont conquise  (même si c’était un peu plus facile par ma future profession). J’espère être arrivée à vous donner envie car j’ai un peu de mal à mettre par écrit mon ressenti…

 

Note : steph21102steph21102steph21102steph21102steph21102/5

 

Merci à Candy pour la correction 🙂

Publicités